t

À propos d’IUF – Forum international Ouïghour

Les politiques d'assimilation, de violence systématiques et les violations des droits de l'homme mises en œuvre par le Parti communiste chinois à l'encontre des Ouïghours occupent depuis longtemps l'agenda de l'opinion publique mondiale. Des centaines de milliers de musulmans ouïghours, hommes, femmes, jeunes ou vieux, sont retenus prisonniers dans des camps de concentration et sont soumis à des tortures telles que le viol et la stérilisation forcée. Des millions de personnes sont soumis à un génocide et forcés d'abandonner leurs traditions religieuses, leurs pratiques culturelles et leurs langues locales. En effet, outre la publication de nombreux rapports (Lien : https://www.amnesty.org/en/latest/news/2021/06/china-draconian-repression-of-muslims-in-xinjiang-amounts-to-crimes-against-humanity) par des organisations de défense des droits de l'homme révélant la réalité de ce génocide, en décembre 2021 un tribunal populaire indépendant établi à Londres a jugé que la Chine avait commis un génocide contre les Ouïghours et d'autres minorités ethniques dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Cette décision de justice constitue un pas important vers la prévention du génocide des Ouïghours, mais le chemin à parcourir est encore long sur le plan politique, social et économique. C'est dans ce cadre que le Congrès Mondial Ouïghour (WUC), en partenariat avec HASENE International et l'Union internationale des ONG du Turkestan oriental, organisent le Forum international ouïghour à Bruxelles, capitale de la Belgique, les 9 et 10 novembre 2022, sous le slogan "Réponse globale au génocide ouïghour". Le Forum international ouïghour, dont l'ouverture sera accueillie par les groupes politiques du Parlement européen, se poursuivra à l'hôtel Crowne Plaza de Bruxelles. Il vise à apporter une réponse globale à la politique de génocide menée par l'administration chinoise à l'encontre des Ouïghours et des peuples du Turkestan oriental et réunira des chercheurs, des juristes, des hommes politiques, des représentants de la société civile, tous connus au niveau international ainsi que des Ouïghours. Le Forum vise à discuter de la question d'une coordination inter-agences plus efficace contre le génocide ouïghour à travers une série de tables rondes et de débats. Ce sera également l'occasion pour les personnes qui s'opposent au génocide de se réunir autour d'un discours commun et de partager leurs idées pour que justice soit rendue au peuple du Turkestan oriental. Nous souhaitons profiter de cette occasion pour remercier l'Organisation des Nations et des Peuples Non Représentés